maroquinier
Retour à la liste des fiches fiscales

Fiche Quelles obligations légales, réglementaires et juridiques pour un maroquinier ?

L'artisan maroquinier, spécialiste du cuir, peut être maroquinier coupeur ou sellier-maroquinier, auquel cas il fabrique ses sacs à mains, portefeuilles et ceintures "façon sellier", c'est-à-dire avec des bords francs, qui sont coupés net ou rognés, cousus à la main.

Métier d'art créatif, l'artisan maroquinier travaille surtout les cuirs de veau, vachette et agneau de façon à fabriquer des articles beaux, fins et solides entre modernité et techniques ancestrales.

Des Maitres artisans en maroquinerie se spécialisent dans la réparation et restauration des sacs de luxe tels que Chanel, Louis Vuitton, Lancel et Hermes, notamment.
Ces maisons de luxe françaises à la réputation mondiale sous-traitent souvent leurs produits haut de gamme. 


Quelles sont les obligations légales et réglementaires d'un maroquinier qui crée son propre atelier ?
Dans quel cadre juridique peut-il exercer son métier ? 

Quelles obligations légales et réglementaires pour un maroquinier ?

Métier d'Art, le maroquinier qui s'installe à son compte peut légalement ne pas être diplômé puisque son activité n'est pas réglementée (à l'inverse des métiers de bouche, entre autres).
En revanche il doit immatriculer son entreprise au Répertoire des métiers.
Et dans les faits, tous les artisans en maroquinerie ont à minima le CAP maroquinerie ou sellerie générale et souvent le bac pro métiers du cuir, option maroquinerie.


À savoir que pour se prévaloir de la qualité d'artisan d'Art, il doit être titulaire du CAP ou justifier d'une expérience professionnelle de 3 ans minimum dans la maroquinerie

Pour éviter toute tromperie sur l'utilisation du terme cuir, le Conseil National du Cuir a initié le décret 2010-29 du 8 janvier 2010 qui précise que " L'utilisation du mot " cuir " [...] est interdite dans la désignation de toute autre matière que celle obtenue de la peau animale au moyen d'un tannage ou d'une imprégnation conservant la forme naturelle des fibres de la peau ".

Le maroquinier est soumis au respect du Cites lorsqu'il choisit ses cuirs.

Le Cites ayant été crée pour protéger les espèces animales, telles que le python notamment.
 
Accueillant du public, son atelier boutique doit répondre aux normes de sécurité relatives aux établissements recevant du public (ERP catégorie 5).


Les prix sont libres, mais leur affichage est strictement réglementé.


Quant à l'étiquetage, les obligations en la matière varient en fonction du produit.

Néanmoins, doivent obligatoirement apparaitre :
> la dénomination des matières premières,
> l'identification du fabricant, ou du distributeur,
> l'identification de l'animal
> le type de finition.

Enfin, il doit souscrire à une assurance responsabilité professionnelle.


Dans quel cadre juridique peut-il exercer son métier ? 

S'il s'installe seul, deux choix s'offrent à lui :
> La création d'une entreprise individuelle (EI/EIRL) - L'EIRL protège le patrimoine personnel de l'artisan.
> La création d'une société commerciale unipersonnelle (SASU/ EURL)

Ou une SAS ou une SARL s'ils sont au minimum 2 associés.

C'est un choix important du fait qu'il impacte sa responsabilité face à d'éventuels créanciers, son capital social et son régime fiscal. 

À savoir que la création d'une société a un coût et des contraintes en termes de formalisme de fonctionnement.

Un capital social est à déposer, la rédaction des statuts est essentiel et coûte environ 1 000 EUR.

Enfin, une publicité dans un journal d'annonces légales (JAL) doit être publiée.



Posté : Mis à jour :
maroquinier.en-ligne.me
Quelles obligations légales, réglementaires et juridiques pour un maroquinier ?